Accueil Santé BIOSECURITE ET DE BIOSURETE : L’Association AMBIOS sensibilise sur le danger des...

BIOSECURITE ET DE BIOSURETE : L’Association AMBIOS sensibilise sur le danger des agents biologiques et toxines

54
0

Dans le cadre de la mise en œuvre d’un projet global  de biosécurité et de biosûreté au Mali, l’Association  Malienne de biosécurité et de biosûreté (AMBIOS)  a organisé un atelier de validation de ce projet de prévention sur le danger des agents biologiques et toxines. C’était le mercredi 27 mars au Grand Hôtel de Bamako, sous la présidence du professeur Djibril Sangaré, président de l’AMBIOS.

Selon le professeur  Djibril Sangaré, le projet de biosécurité et de biosûreté a été lancé en 2017. Ce projet, dit-il, vise à doter le Mali d’un instrument juridique et administratif, pour prendre en charge les questions liées à la gestion globale des risques biologiques. Pr. Sangaré informe que c’est un projet que l’Ambios a développé  en collaboration avec la Fédération Internationale des Associations de Biosécurité (IFBA), financé par les Affaires Mondiales Canada (AMC).

Il souligne qu’au cours de la présente phase 2 du projet, l’appui et l’accompagnement de  Vérification Research Training and Information Centre (VERTIC)  a contribué à renforcer les aspects techniques relatifs aux questions juridiques et réglementaires des différents textes du cadre. Depuis le lancement du projet, un groupe national de travail a été mis en place, constitué des membres d’une dizaine de ministères clés, tous concernés par la question de biosécurité et de biosûreté. Ces ministères sont notamment le Point focal des Règlements Sanitaires (RSI), Principal Investigateur du programme de sécurité sanitaire mondial (GHSA), le Représentant de l’Assemblée nationale, le coordinateur du cadre national de biosécurité.

Le professeur affirme que les agents biologiques et toxines constituent une menace pour la paix et la sécurité de l’existence humaine, s’ils sont utilisés à mauvais escient. C’est pourquoi, l’encadrement des activités avec les agents biologiques et toxines est nécessaire.

 Djibril Sangaré  ajoute qu’au niveau international, un certain nombre d’instruments et d’initiatives visent à promouvoir la biosécurité et la biosûreté ;  tel que le règlement sanitaire international de 2005, la convention sur l’interdiction de la fabrication et du stockage des armes bactériologiques (biologiques) ou à toxines.   

Quant au représentent du ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Dr. Baridian Diakité, il estime que la manipulation des germes deviennent de plus en plus fréquent dans les laboratoires et surtout la présence des groupes djihadistes dans la partie septentrionale fait planer des risques de stockage d’armes bactériologiques; c’est pourquoi il serait important d’établir une législation forte avec des normes pratiques et des lignes directrices en vue de garantir la sécurité des travailleurs, tout en prévenant l’utilisation malintentionnée  bioterrorisme et microorganisme.

Sanata Goita