Accueil Sécurité BILAN DE L’OPERATION BARKHANE DANS LE SAHEL EN 2018: 120 opérations de...

BILAN DE L’OPERATION BARKHANE DANS LE SAHEL EN 2018: 120 opérations de combat, plus de 170 terroristes tués

74
0

Barkhane, la mission française de lutte contre le terrorisme, a engagé, au cours de l’année écoulée, 120 opérations de combat contre des groupes animés de la volonté d’imposer leur loi dans le Sahel. Ces missions ont permis de neutraliser plus de 170 terroristes, dont Amadou Kouffa.

En remplacement de l’opération Serval qui a permis de saisir près de 200 tonnes de munitions et d’armement dans sa traque contre les terroristes au Mali, la mission Barkhane a été mise en place. Lancée le 1er août 2014, sa zone d’intervention a été élargie à des pays du Sahel, contrairement à Serval. Mais fondamentalement, elles ont les mêmes missions : appuyer les pays partenaires dans la bande sahélo-sahélienne dans la lutte contre les groupes armés terroristes, empêcher la reconstitution de sanctuaires terroristes dans la région.

 « Les opérations visent à réduire la liberté d’action des terroristes et à les priver de leurs moyens de combat, par le démantèlement de leurs caches d’armement, de munitions, d’explosifs et de moyens de communication. La force mène des actions dans les zones de transit pour tarir les flux logistiques des GAT et leur interdire tout ravitaillement », relève-t-on dans le rapport bilan de Barkhane dans le Sahel de 2018.

Les 4500 militaires de Barkhane  placés sous le commandement du général de division Frédéric Blachon disposant plus de 40 moyens aériens de combat (drones, avions de chasse, avions de transport tactiques et stratégiques) engagent des combats sans merci contre des groupes terroristes dans le Sahel.

Essentiellement, la mission française anti-terroriste opèrent autour des trois points d’appui permanents (Gao au Mali, Niamey au Niger et N ’Djamena au Tchad) dont deux bases aériennes projetées à Niamey et N’Djamena. Elle a également six bases avancées temporaires (Kidal, Tessalit, Aguelal, Madama, Faya, Abeche) avec trois points d’appui maritimes à Dakar, Abidjan et Douala.

Conformément à son mandat, Barkhane a mené 120 opérations de combat contre des groupes terroristes en 2018. Ces missions militaires ont permis de tuer plus de 170 terroristes. Au Mali, la mort du chef de la Katiba du Macina, Amadou Kouffa, est l’un des résultats de ces opérations conjointement menées avec l’armée malienne.

Spécifiquement au Mali, le volet terrestre de Barkhane est essentiellement constitué de deux groupements tactiques-désert, avec environ un millier de militaires répartis entre différents détachements, notamment à Kidal, Tessalit, et sur la plateforme opérationnelle-désert de Gao.

Outre ces opérations, Barkhane participe également à la formation des soldats du G5 Sahel contre les terroristes et à leur équipement. Ainsi, la Fore militaire française au Sahel a permis à plus de 8700 soldats des pays du G5 Sahel de suivre une action de formation dans des domaines particuliers. Egalement, au cours de 2018, Barkhane a conduit près de 70 projets civilo-militaires au profit de la population.