Accueil Culture préjugés au Mali : Doniblog engage le débat

préjugés au Mali : Doniblog engage le débat

115
0

L’Association des Blogueurs du Mali (Doniblog), à travers son projet Benbéré, a organisé, le vendredi, au Mémorial Modibo Kéita, une conférence débat sur les préjugés au Mali.

Déconstruire les préjugés, casser les barrières et instaurer un dialogue entre les différentes communautés du Mali, tels étaient les objectifs de la présente rencontre. «C’est le couronnement d’une campagne dénommée Speak Nord, Centre et Sud du Mali», a expliqué le responsable financier de Benbéré, Amadou Konaré. Il servira de cadre pour permettre aux jeunes de discuter non seulement sur les préjugés, mais aussi sur le conflit entre Dogons et Peulhs qui mine la cohésion sociale et la stabilité du pays.
Selon M. Konaré, Speak Nord, Centre et Sud  du Mali fait partie d’une campagne de sensibilisation mondiale pour aider à ce que tous et toutes, partout, aient une voix. Le thème de cette année est «parler avec» (Speaking with en anglais). « Pendant soixante douze heures, du 16 au 18 novembre, des centaines d’évènements auront lieu de par le monde pour faire tomber les barrières (…) et aider à établir des connexions pour plus de compréhension », a ajouté le responsable financier de Benbéré.
Une initiative hautement saluée par l’ancien Premier ministre Moussa Mara selon qui les préjugés font parties des réalités du Mali. C’est pourquoi, il a invité les organisateurs à organiser de pareilles manifestations à l’intérieure du pays pour discuter afin de trouver « des consensus locaux ». La réalité, a-t-il affirmé, se retrouve sur le terrain. Les communautés doivent avoir l’intelligence d’identifier les problèmes et agir localement.

Sur la question du conflit au Centre, Moussa Mara estime qu’il ne faut pas regarder la question sous un angle homogène. C’est-à-dire les Dogons contre les Peulhs. « C’est beaucoup plus compliqué que ça », a expliqué l’ancien Premier ministre. Cependant, le dysfonctionnement étatique constitue le dénominateur commun de tout ce qui se passe au Centre. Et la solution ne peut être institutionnelle ou politique. C’est dans cet ordre d’idée que Moussa Mara a plaidé pour un changement de gouvernance. « Notre Etat ne doit plus être celui qui n’a plus d’égard pour les citoyens qu’il est censé servir », a analysé le président du parti Yéléma.

Avant lui, des jeunes dogons et peuls ont martelé à l’envie qu’il n’y a pas de conflit intercommunautaire au Centre. C’est une histoire « fabriquée » de toutes pièces par certains individus. Ils ont invité la population à se défaire des préjugés. « Tous les dogons ne sont pas des donsos et tous les peuls ne sont pas des Jihadistes », ont-ils indiqué à l’unisson.

Il convient de rappeler que la présente cérémonie a été initiée par le Benbéré, un projet mis en œuvre par Doniblog avec l’appui de l’ONG néerlandaise RNW et le réseau Alliance mondiale pour la participation citoyenne.

A Sissoko